[Histoire de Murat]

photo-murat2      Murat est l'une des villes du département dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Son nom celtique signifierait " roc escarpé ", il apparaît pour la première fois dans l'histoire en l'an 270 lors de l'évangélisation de l'Auvergne. La ville est une place fortifiée, sa vicomté est déjà puissante et son château existe longtemps avant l'an 1000.

A partir du XI ème siècle son expansion est liée à la construction du prieuré de Bredons (vers 1050) par des moines bénédictins venus de Moissac (Tarn et Garonne).
La tutelle religieuse de Bredons sur Murat se maintiendra jusqu'à la Révolution française. Dès l'origine, la vicomté de Murat relève du Domaine de Carladés que le Prince de Monaco recevra de la France au XVII ème siècle.

Au Moyen-Age, la vicomté de Murat est l'une des seigneuries les plus puissantes de la Haute- Auvergne. Son château fortifié constitue un bastion quasiment imprenable: il occupe le sommet du rocher de Bonnevie. Symbole d'un pouvoir menaçant pour l'autorité royale, il est détruit en 1633 sur ordre de Richelieu.


La guerre de Cent ans a sévi dans la région: la cité de Murat fut livrée au pillage. La fin du Moyen-Age apporta à la cité une longue suite de calamités : la peste ravagea la ville qui fut peu après le théâtre d'une sanglante guerre de familles entre Renaud de Murat et Pons de Cardaillac, tous deux prétendants à la vicomté.

On dit que pour se venger des muratais qui l'avaient trahi en soutenant son cousin, le vainqueur, Cardaillac, fit tirer, depuis le château, des coups de bombarde sur la ville et tenta de l'incendier.
En 1415, la vicomté passe à la famille d'Armagnac dont le chef, Jacques, était un ami d'enfance de Louis XI. Le domaine de Murat devient, en 1489, propriété des Ducs de Bourbon. Il est réuni à la couronne en 1531.
L'ancien régime apporte à la ville des temps paisibles, peu de faits marquants ont traversé l'histoire de la cité. La reine Margot, femme de Henri IV, séjourna au Château quelques temps fuyant une épidémie de peste qui progressait dans la région. Après la Révolution, la réorganisation administrative oppose Murat à St-Flour dans une longue querelle d'influence. La dernière guerre devait marquer tragiquement la vie de la cité Murataise. La région abrite de nombreux maquis et résistants. Le 12 Juin 1944, sur dénonciation, des soldats allemands et des miliciens commandés par le capitaine Geissler, chef de la gestapo de la zone sud, investissent Murat afin de procéder à l'arrestation de plusieurs de leurs chefs.

Un groupe de maquisards venant de Saint-Genés (63), avertis de la présence d'allemands à Murat, font feu des hauteurs de la ville en direction de la place du Balat. Ils tuent plusieurs miliciens et soldats allemands dont le capitaine Geissler. Le 24 Juin, les troupes allemandes reviennent en force à Murat et arrêtent, en représailles, tous les hommes se trouvant en ville : 120 hommes sont regroupés et emmenés vers Clermont- Ferrand pour être déportés dans les camps de concentration ( Neuengamme pour la plupart ). Voyage sans retour pour 80 d'entre eux.

En mémoire de cette tragédie, le Monument Départemental de la Déportation a été érigé à Murat et inauguré solennellement le 14 Novembre 1948. 

affiche JEMA
Journées Européennes

des Métiers d'Art
samedi 1er et
dimanche 2 Avril
à la halle


Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee